ЛитМир - Электронная Библиотека

comment, par quel moyen l'amour vous permit-il

de comprendre, les deux, vos passions naissantes?»

Elle me répondit: «La plus grande douleur

est de se rappeler les instants de bonheur

au temps de la misère; et ton docteur le sait [54].

Cependant, si tu veux savoir les origines

de notre affection, je veux bien te les dire,

même s'il me fallait pleurer en racontant.

Un jour, nous avons pris du plaisir en lisant

de Lancelot, qui fut esclave de l'amour;

nous étions seuls tous deux et sans aucun soupçon.

Souvent notre regard se cherchait longuement

durant notre lecture, et nous devînmes pâles;

pourtant, un seul détail a suffi pour nous perdre.

Arrivés à l'endroit où cette belle bouche

était baisée enfin par cet illustre amant [55],

celui-ci, dont plus rien ne peut me séparer,

vint cueillir en tremblant un baiser sur mes lèvres.

Le livre et son auteur furent mon Galehaut;

et pour cette fois-là la lecture a pris fin.»

Pendant qu'un des esprits me racontait cela,

l'autre pleurait si fort que, mû par la pitié,

je défaillis moi-même et me sentis mourir,

et finis par tomber comme tombe un cadavre.

CHANT VI

Recouvrant mes esprits, après la défaillance

qui me vint par pitié pour ces deux amoureux

et qui me fit sombrer dans leur même douleur,

je vis autour de moi beaucoup d'autres tourments

et d'autres tourmentés, s'étendant aussi loin

que je pouvais tourner les yeux et regarder.

Je me trouvais alors dans le troisième cercle [56],

châtié par la pluie éternelle et glacée

qui ne cesse jamais de tomber en ce lieu.

La grosse grêle et l'eau qui se mêle à la neige

retombent sans répit dans l'air chargé de noir,

transformant en marais la terre empuantie.

Cerbère guette là, bête étrange et cruelle,

aboyant comme un chien de son triple gosier

contre les gens plongés dans les eaux de là-bas.

Il a des yeux de braise et le menton poisseux,

un énorme poitrail et des pattes griffues

dont il bat les esprits, les lacère et écorche.

Comme des animaux ils hurlent sous la pluie;

les malheureux gourmands se couvrent de leurs corps

et, pour se protéger, se retournent souvent.

Dès qu'il nous aperçut, le grand dragon Cerbère

ouvrit sa triple gueule et nous fit voir ses crocs,

tandis qu'un long frisson parcourait tout son corps.

Mon guide cependant étendit ses deux mains,

ramassa de la terre et par pleines poignées

il s'en fut la jeter dans ces gueules béantes.

Comme le chien enrage en voyant le manger,

et s'apaise aussitôt qu'il mord à la pâture

et ne regarde qu'elle, abandonnant le reste,

S'apaisèrent soudain les trois hideuses têtes

de Cerbère, démon qui fait si peur aux âmes,

qu'elles auraient aimé cent fois mieux être sourdes.

Nous marchions au milieu des ombres que fustige

cette pluie accablante, et nous mettions nos pieds

sur leur vaine apparence où l'on croit voir des corps.

Elles gisaient au sol, les unes sur les autres;

l'une d'elles pourtant se leva promptement,

lorsqu'elle nous eut vus arriver auprès d'elle.

«Ô toi que l'on conduit à travers cet Enfer,

reconnais-moi, dit-elle, si cela t'est possible:

je n'étais pas défait quand tu fus fait toi-même.»

Moi, je lui répondis: «Sans doute ton tourment

a si bien effacé tes traits de ma mémoire,

qu'il me semble te voir pour la première fois.

Dis-moi ton nom, pourtant, toi que l'on fait souffrir

dans ce séjour du mal, parmi de tels supplices

que, s'il en est de pire, aucun n'est plus affreux.»

«Ta ville, me dit-il, où le poison d'envie

a pénétré si loin que le sac en déborde,

m'avait eu dans son sein pendant la douce vie.

Pour tes concitoyens je m'appelais Ciacco;

je vice de la gueule est l'erreur pour laquelle

je m'amenuise ainsi sous cette horrible pluie [57].

Je ne suis pas le seul que l'on tourmente ainsi;

les autres que tu vois souffrent la même peine

pour le même péché.» Ce fut tout ce qu'il dit.

Et je lui répondis: «Ô Ciacco, ta détresse

me chagrine si fort qu'elle me fait pleurer.

Mais dis-moi, si tu sais, que deviendra plus tard

la ville divisée, avec ses citoyens?

Ne peut-on y trouver aucun juste? et pourquoi

une telle discorde y fait-elle séjour?»

Il répondit alors: «Après de longues rixes

ils répandront leur sang, et le parti sauvage

l'emportera sur l'autre [58], avec de lourdes pertes.

Ils finiront pourtant par tomber à leur tour;

les autres monteront au bout de trois années,

grâce à l'appui d'un tel qui les trompe à présent.

Ces derniers garderont longtemps les bonnes places,

et ils opprimeront le parti des contraires,

bien que leur ennemi s'en plaigne et s'en révolte.

Ils ont deux justes, oui: mais qui donc les écoute? [59]

L'orgueil et l'avarice, aussi bien que l'envie,

sont les trois seuls brandons où s'allument les cœurs.»

Il mit ensuite un terme à son affreux discours;

mais je lui dis: «Il faut m'en dire davantage;

fais-moi la grâce encor de ne pas t'arrêter!

L'honnête Tegghiajo, le bon Farinata

et Arrigo, Mosca, Jacques Rusticucci,

tous ceux qu'on a connus par leurs nombreux bienfaits [60],

où sont-ils maintenant? Fais-les-moi donc connaître,

puisque aussi bien j'éprouve un grand désir d'apprendre

si le Ciel les régale ou si l'Enfer les cuit.»

«Ils sont mêlés, dit-il, aux âmes les plus noires;

des crimes différents les ont conduits au fond,

et tu pourras les voir, si tu vas jusqu'en bas.

Mais quand tu reviendras à la douce lumière,

rafraîchis ma mémoire au monde des vivants.

J'ai fini de parler et ne te réponds plus.»

Ses yeux, fixés sur moi, se troublèrent soudain

et, le regard hagard, il alla s'enfoncer,

la tête la première, en cette mer d'aveugles.

7
{"b":"125232","o":1}