ЛитМир - Электронная Библиотека
A
A

Ma mère m’a tué;

Mon père m’a mangé;

Ma sœurette Marlène

A pris bien de la peine

Pour recueillir mes os jetés

Dessous la table, et les nouer

Dans son foulard de soie

Qu’elle a porté sous le genévrier.

Kywitt, kywitt, bel oiseau que je suis!

Et quand il eut chanté, il s’envola, serrant la chaîne d’or dans sa patte droite et les souliers dans sa gauche, et il vola loin, loin, jusqu’à un moulin qui tournait, tac-tac, tac-tac, tac-tac, tac-tac; et devant la porte du moulin il y avait vingt garçons meuniers qui piquaient une meule au marteau, hic-hac, hic-hac, hic-hac, pendant que tournait le moulin, tac-tac, tac-tac, tac-tac. Alors l’oiseau alla se percher dans un tilleul et commença à chanter:

Ma mère m’a tué.

Un premier s’arrêta et écouta:

Mon père m’a mangé.

Deux autres s’arrêtèrent et écoutèrent:

Ma sœurette Marlène

A pris bien de la peine.

Quatre autres s’arrêtèrent à leur tour:

Pour recueillir mes os jetés

Dessous la table, et les nouer

Dans son foulard de soie.

A présent, ils n’étaient plus que huit à frapper encore:

Qu’elle a porté

Cinq seulement frappaient encore:

sous le genévrier.

Il n’en restait plus qu’un qui frappait du marteau:

Kywitt, kywitt, bel oiseau que je suis!

Le dernier, à son tour, s’est aussi arrêté et il a même encore entendu la fin.

– Oiseau, dit-il, ce que tu chantes bien! Fais-moi entendre encore une fois ce que tu as chanté, je n’ai pas entendu.

– Non, dit l’oiseau, je ne chante pas deux fois pour rien. Donne-moi la meule et je chanterai encore une fois.

– Tu l’aurais, bien sûr, si elle était à moi tout seul, répondit le garçon meunier.

– S’il chante encore une fois, approuvèrent tous les autres, il est juste qu’il l’ait, et il n’a qu’à la prendre.

L’oiseau descendit de l’arbre et les vingt garçons meuniers, avec des leviers, soulevèrent la lourde meule, ho-hop! ho-hop! ho-hop! ho-hop! Et l’oiseau passa son cou par le trou du centre, prenant la meule comme un collier avec lequel il s’envola de nouveau sur son arbre pour chanter:

Ma mère m’a tué;

Mon père m’a mangé;

Ma sœurette Marlène

A pris bien de la peine

Pour recueillir mes os jetés

Dessous la table, et les nouer

Dans son foulard de soie

Qu’elle a porté sous le genévrier.

Kywitt, kywitt, bel oiseau que je suis!

Dès qu’il eut fini, il déploya ses ailes et s’envola, et il avait la chaînette d’or dans sa serre droite, et la paire de souliers dans sa serre gauche, et la meule était autour de son cou. Et il vola ainsi loin, très loin, jusqu’à la maison de son père.

Le père, la mère et petite Marlène sont là, assis à table. Et le père dit:

– C’est drôle comme je me sens bien, tout rempli de lumière!

– Oh! pas moi, dit la mère, je me sens accablée comme s’il allait éclater un gros orage.

Petite Marlène est sur sa chaise, qui pleure et qui pleure sans rien dire. L’oiseau donne ses derniers coups d’ailes, et quand il se pose sur le toit de la maison, le père dit:

– Ah! je me sens vraiment tout joyeux et le soleil est si beau: il me semble que je vais revoir une vieille connaissance.

– Oh! pas moi, dit la mère, je me sens oppressée et tout apeurée, j’ai les dents qui claquent, et dans mes veines on dirait qu’il y a du feu!

Elle se sent si mal qu’elle déchire son corsage pour essayer de respirer et se donner de l’air. Et la petite Marlène, dans son coin, est là qui pleure, qui pleure, et qui se tient son tablier devant les yeux; et elle pleure tellement qu’elle a complètement mouillé son assiette. L’oiseau est venu se percher sur le genévrier; il se met à chanter:

Ma mère m’a tué.

Alors la mère se bouche les oreilles et ferme les yeux pour ne rien voir ni entendre; mais ses oreilles bourdonnent et elle entend comme un terrible tonnerre dedans, ses yeux la brûlent et elle voit comme des éclairs dedans.

Mon père m’a mangé.

– Oh! mère, dit le père, dehors il y a un splendide oiseau qui chante merveilleusement, le soleil brille et chauffe magnifiquement, on respire un parfum qui ressemble à de la cannelle.

Ma sœurette Marlène

A pris bien de la peine.

La petite Marlène cache sa tête dans ses genoux et pleure de plus en plus.

– Je sors, dit le père, il faut que je voie cet oiseau de tout près.

– Oh non, n’y va pas! proteste la mère. Il me semble que toute la maison tremble sur sa base et qu’elle s’effondre dans les flammes!

L’homme alla dehors néanmoins et regarda l’oiseau.

Pour recueillir mes os jetés

Dessous la table, et les nouer

Dans son foulard de soie

Qu’elle a porté sous le genévrier.

Kywitt, kywitt, bel oiseau que je suis!

Aux dernières notes, l’oiseau laissa tomber adroitement la chaîne d’or qui vint juste se mettre autour du cou de l’homme, exactement comme un collier qui lui allait très bien.

– Regardez! dit l’homme en rentrant, voilà le cadeau que le bel oiseau m’a fait: cette magnifique chaîne d’or. Et voyez comme il est beau!

Mais la femme, dans son angoisse, s’écroula de tout son long dans la pièce et son bonnet lui tomba de la tête. L’oiseau, de nouveau, chantait:

Ma mère m’a tué.

– Ah! s’écria la femme, si je pouvais être à mille pieds sous terre pour ne pas entendre cela!

Mon père m’a mangé.

La femme retomba sur le dos, blanche comme une morte.

Ma sœurette Marlène

chantait l’oiseau, et la petite Marlène s’exclama:

– Je vais sortir aussi et voir quel cadeau l’oiseau me fera!

Elle se leva et sortit.

A pris bien de la peine

Pour recueillir mes os jetés

Dessous la table, et les nouer

Dans son foulard de soie.

Avec ces mots, l’oiseau lui lança les souliers.

Qu’elle a porté sous le genévrier.

Kywitt, kywitt, bel oiseau que je suis!

La petite Marlène sentit que tout devenait lumineux et gai pour elle; elle enfila les souliers rouges et neufs et se mit à danser et à sauter, tellement elle s’y trouvait bien, rentrant toute heureuse dans la maison.

13
{"b":"125250","o":1}